Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 14:03

Avec l'ambassadeur Kisonga, nous emettons sur la meme longueur d'ondes

Voici pourquoi, moi je suis pour la modification de "L'Article 220" de la constitution. Je m'explique: Un président élu devrait servir pendant 10 ans - mandat non-renouvelable - pour completer son programme et puis il incombera à son successeur d'assurer la continuité et élaborer son nouveau programme, Sinon vous aurez des éléphants blancs partout!. Vous savez pourquoi la Chine s'est développée très rapidement jusqu'à devenir une 2ème puissance économique mondiale, bientôt la première puissance économnique alors qu'aux années 1960s le PIB de la Chine n'égalait même pas celui de la RDC? En Chine le changement de leadership n'intervient qu'après chaque 10 ans. Parce que les Chinois voient de loin, pas au bout du nez. C'est ça le modèle Chinois qui donne des insomnies aux Américains!
En RDC, changeons de présidents comme des habits après chaque 5 cinq ans, c'est la sorte de démocratie que nous voulons mais que nous n'avions pas voulue pendant 32 ans à l'époque de "100 ans tomotombeli"! Mais chacun d'eux ira s'endetter chez les Chinois. N'est ce pas ça une ironie? Gare donc à la culture de cueillette! La démocratie tropicale! Kabila passe, avec lui passe ses projets d'intérêt national. Celui qui vient après lui balaye tout, invente ses propres slogans, s'entoure de ses propres caciques, se remplit les poches, puis il passe, demain un autre à la mangeoire ainsi de suite! Moi je n'aime pas la corruption, le bradage...
Mais n'oublions pas que la majorité des acteurs qui écument nos institutions sont issus de la 2ème république, n'oublions pas aussi que le Congo demeure toujours agressé dans sa partie est. 10 ans de plus pour Joseph Kabila c'est concevable.

Joseph Kabila a essayé de faire de son mieux au milieu des crocodiles et des enjeux aussi graves qui prennent leurs racines aux Etats-Uni et en Europe. Il est parfaitement envisageable que le peuple lui accorde 10 ans de plus si l'Article 220 de la constitution change dans ce sens pour qu'il complete son programme et travaille pour que justice soit faite aux 8 millions de Congolais massacrés! Pendant les dix dernières années, il ne se passe pas une seule minute sans que le Congo soit soumis aux guerres, aux agressions, aux invasions, aux viols, aux pillages avec toute impunité! Dans une économie de guerre, je me demande aussi comment la RDC peut mieux négotier les contrats miniers. Je réitère que je suis pour la modification de "L'Article 220" de la constitution. Je m'explique: En tant de paix réelle nous pouvons mieux juger la performance d'un Chef d'Etat qui servirait pendant 10 ans pour appliquer son programme jusqu'au bout - un mandat
non-renouvelable - pendant lequel peuple veillera au grain pour extirper les anti-valeurs de la 2ème république. Il incombera donc à son successeur et d'assurer la continuité et d'élaborer son nouveau programme, sinon vous aurez des éléphants blancs partout! . Je répète, c'est ca modèle Chinois qui donne des insomnies aux Américains! Un homme averti...!

*******************************************************************************************

MIS AU POINT

Son Excellence Mr. l'Ambassadeur Kisonga,

Non! Vous avez bien fait de proposer ces noms!
Le Grand Congo democratique (comme mon heros Mzee Kabila designait notre RDC) est pourri de talents!
Ce qui manque dans le chef de nos dirigeants c'est la volonte politique de faire l'inventaire des competences a travers la republique. C'est pourquoi apres chque remaniement, vous remarquez toujours les memes personnes revenir meme si elles ne peuvent plus apporter de nouvelles idees - ce qui qui tue l'innovation !
Solution: A mon avis j'estime qu'une commission nationale soit etablie ppour faire le monitoring de nouvelles comptences qui s'elevent en RDC, une sorte de "database" (banque des donnees). Chaque annee, le Congo produit des docteurs, des ingenieurs, etc.y comrpris au sein de la diaspora, mais toutes ces competences demeurent dans l'ombre et a long terme c'est le Congo qui perd!
Les mouvanciers qui font la politique depuis 1960 leur font ombrage. Ces mouvanciers ont toujours l'habitude de pistoner leurs freres de tribu, amis et connaissances (je retire le mot "mouvance" en ce qui vous concerne et je vous presente mes excuses! J'espere que vous comprenez maintenant ce que je voulais dire) .
Je vous prie d'agreer Mr. l'Ambassadeur l'expression de ma tres haute Consideration!
Dr. Lokongo

*********************************************************************************************

RUWENZORI INSTITUTE
Chaussée de Ransart 87
6060 Gilly
Belgique




COMMUNIQUE N°15


GLISSEMENT, NON!
3ième MANDAT, OUI!
1. Dans la foulée de la retentissante victoire des FARDC
contre les troupes d'agression en 2013, nous avions exprimé
le point de vue selon lequel, pour des impératifs de
sécurité, l'intérêt national commandait qu'on ne change
pas le capitaine ayant mené l'équipe à la victoire.
En d'autres termes, nous avions plaidé en faveur d'un
3ième mandat du Président Joseph Kabila.
En effet, certaines informations indiquaient que les
agresseurs du Congo n'hésiteraient pas de passer à
l'offensive s'ils constataient l'affaiblissement de notre
défense nationale, conséquence inévitable d'un brutal
changement de leadership. L'autre résultat prévisible
était que les agresseurs auraient été amenés à corriger
leurs erreurs du passé afin de rendre cette-fois leur
occupation définitive. L'évolution de la situation, depuis
lors, semble avoir démenti nos craintes. Il semblerait que
ce soit l'entrée en scène de la Tanzanie aux côtés de la
RDC qui aurait convaincu les agresseurs de changer de plan
pour ne pas hypothéquer la survie de leurs régimes. Sur ce
chapitre, le Président Kikwete avait rappelé l'aventure de
feu le Maréchal Idi Amin dont la confrontation avec la
Tanzanie l'avait conduit à la fuite et à la mort en exil.
Pour repousser l'invasion des troupes ougandaises de la
région de Kagera, l'armée tanzanienne
avait mené une offensive fulgurante s'étant soldée par
la défaite de l'Ouganda et l'occupation. De surcroît, la
Tanzanie est un pays démocratique relativement bien géré,
et qui jouit d'une bonne image dans le monde anglo-saxon en
particulier.

2. En revanche, la situation sécuritaire du Congo est
toujours menacée par un certain nombre de facteurs,
notamment internes. L'extrême misère sociale dans laquelle
demeurent plongées les populations congolaises depuis
plusieurs décennies a mué leur ressentiment, surtout parmi
les jeunes, en un nihilisme posant que rien ne pourrait
être pire que la situation qu'ils vivent. Ils sont tentés
d'allumer un gigantesque brasier sur les cendres desquelles
naîtrait un monde plus juste pour eux.
Par ailleurs, le pays est très faiblement administré, au
point que l'absence de l'Etat à certains endroits est un
handicap fréquemment déploré par beaucoup d'observateurs
étrangers. D'après la presse, la Monusco est bien plus
engagée que l'Etat dans des opérations pour réparer
ponts, routes, écoles et autres infrastructures publiques.
Or, la RDC est un pays où une grande quantité d'armes se
trouvent dans des mains indues. A l'Est, le retour en force
des milices armées est signalé. Etant donné le biotope
congolais, il y a risque que la situation sécuritaire
devienne définitivement ingérable. En Somalie, l'Etat a
disparu depuis des décennies. Toutes les entreprises
militaires d'abord des Américains, puis des pays voisins
soutenus par l'ONU, n'arrivent pas à y ramener la paix. Il
s'agit d'un pays moins étendu, moins peuplé, ne disposant
pas d'un couvert végétal permettant d'échapper à
l'observation aérienne. Qu'en serait-il de la RDC qui
abrite la deuxième plus grande forêt tropicale de la
planète?
Malheureusement, on constate que la lutte pour le pouvoir
empêche les élites de consacrer l'attention nécessaire au
problème de la sécurité.
3. Dès lors, l'Institut Ruwenzori persiste à croire que
les élites de tous bords, avec l'appui de la
Communauté internationale, doivent s'investir
prioritairement dans un scénario destiné à préserver la
paix.
4. Eu égard à ce qui précède, nous formulons deux
propositions suivantes :
(1) Le renoncement par le Chef de l'Etat et sa famille
politique à toute initiative pouvant être considérée, à
tort ou à raison, comme des artifices pour tenter de se
maintenir au pouvoir.

(2) La mise en place, sans délais, d'une Constituante
devant faire le toilettage, en 7 jours calendrier, de la
Constitution adoptée par la CNS, laquelle entrerait
immédiatement en vigueur après son adoption par une
majorité qualifiée des Constituants.
La constituante serait composée de 80 membres, 40
représentant la capitale (gouvernement, parlement, armée
et forces de sécurités, une partie de la société civile
dont 5 membres de la Cenco et des partis politiques) ainsi
que 40 membres représentant les provinces dans leur
configuration avant le démembrement.
-Le Chef de l'Etat en place accomplirait un mandat
exceptionnel de 5 ans, au terme duquel il ne pourrait plus
accéder à un autre mandat présidentiel.
-Le gouvernement à mettre en place serait responsable
uniquement devant le parlement, vis-à-vis duquel il
prêterait serment.
-L'indépendance des institutions législatives et
judiciaires serait consacrée et garantie par le Conseil de
Sécurité des Nations Unies, lequel devrait être
partie prenante de tout le processus.
-Les gouverneurs et assemblées provinciales, rétablies
dans leur ancienne configuration, resteraient
également en place pour 5 ans jusqu'à la mise en place des
institutions issues de la nouvelle constitution.
Il serait immédiatement institué une nouvelle législation
sociale consacrant une tension salariale allant de 1 à 20.
5. Pour conjurer les conditions susceptibles de menacer la
paix, la Constituante promulguerait une loi amnistiant les
crimes de sang et les crimes économiques, tout en incitant
les citoyens de cette dernière catégorie à restituer ne
serait-ce qu'en partie les biens illégalement pris à la
collectivité.
6. La réforme de l'institution judiciaire dans toutes ses
composantes impliquerait de titulariser des hauts magistrats
d'origine étrangère à tous les niveaux.
La Constituante devrait promulguer une loi ouvrant l'accès
à la nationalité à tout habitant. Cette nationalité
serait automatique pour les personnes nées sur le
territoire national.
7. L'exécution des peines réprimant les crimes de droit
commun devrait être plus orientée vers des camps de
travail à l'intérieur, afin de rendre ces peines plus
dissuasives. Il en résulterait ainsi que les
prisonniers seraient détenus dans des conditions humaines,
notamment au point de vue de l'alimentation, alors qu'ils
deviendraient une charge moins lourde pour le budget de
l'Etat.
8. La Constituante devrait instituer la peine de mort pour
combattre les crimes de grande corruption et de prédation
des biens publics.

9. L'Institut Ruwenzori préconise de dépassionner les
débats concernant la lutte pour le pouvoir. Aucun patriote,
consciemment, ne ferait le choix de pousser le pays à
l'implosion pour tenter d'obtenir un changement du pouvoir.
S'il est légitime de vouloir faire respecter par tous les
prescrits de la constitution, il reste que le sens de
responsabilité devrait inciter à ne pas jeter le bébé
avec l'eau du bain. Les individus passent, le pays demeure.
Le devoir est d'éviter que le pays ne soit détruit par la
violence de ses propres enfants.
10. Aussi, il est important que ceux qui détiennent
aujourd'hui les manettes du pouvoir soient rassurés sur
leur sort. S'ils se sentent menacés, ils risquent de se
cabrer et d'aller à l'affrontement.
11. Il est triste de constater que les Congolais sont
incapables de retenir les leçons de leur propre histoire.
En 1991, Mobutu avait décidé de s'effacer. Il avait
solennellement déclaré à ses proches, devant témoins,
son intention de se retirer. Le signataire du présent
communiqué se trouvait dans le salon particulier du
Gouverneur de la Banque centrale, le Professeur Jean Nyembo
Shabani. Ce dernier le pria de ne pas bouger afin d'entendre
de sa bouche le plus grand scoop de l'actualité nationale.
Mais par la suite le Maréchal du Zaïre changea de
décision parce qu'au lieu des assurances attendues de M.
Tshisekedi, ce dernier annonça la chasse à la sorcière.
Les partisans de Mobutu mirent alors le Premier Ministre de
la Transition au défi de leur arracher le pouvoir par la
force. S'il n'y avait pas eu cette situation induite par les
terribles massacres du Rwanda ayant amené les Américains
à favoriser la mise en place d'une large
coalition contre Mobutu, ce dernier serait mort au
pouvoir.
12. Pour tenter de faire bouger les lignes, nous avons
sélectionné les noms des jeunes
compatriotes pour la plupart, dont quelques uns de la
diaspora, comme candidats à la Constituante au nom de la
société civile. Nous n'avons pas pris le moindre contact
personnel avec ces candidats, dont certains ne nous sont
connus qu'à travers les débats sur la toile.


13. Bandundu
Prof. Jean Claude Biebie
Alexis Bemba Mukele
Barthélémy Bosongo
Anne Mbumba
Bitumba Tipo Tipo Mayobo
Kutekala Christian

14. Kongo central
Dr Nzita
Johnny Vika
Lusambulu Manoka Didi
Alphonse Kisolokele

15. Katanga
Dikanga Kazadi
Tshilembe Musansa
Hilarion Ngoie Kalenga
Jean Samba
Nyembo Nkulu Mike
Christian Matand
Dieudonné Kasongo

16. Kasaï occidental
Guillaume Manjolo
Prof. Albertine Tshibilondi
Ali Mamina

17. Kasaï oriental
Germain Mukendi
Léopold Mbuyi
Prof. Njuji Faïk
Dieudonné Wamu
Lubanda

18. Nord-Kivu
Octave Kambale
Khonde Vile Kikanda
Prof. Kanyakogote

19. Sud-Kivu
Charlotte Kashamura
Eraston Mututsi
Assumani Budagwa
Manano wa Manano
Thierry Kialumba

20. Equateur
Ambroise Munsoko
Socrate Lokondo
Jeannot Bononge
Gbaligaza
Sagboze Konzi Olivier
Abgepa Magalie


21. Kinshasa
Jean Claude Katende
Jean Marie Elese
Johnatan Simba Kaï
Prof. Kalala Tshibangu
Alain Nzongo
Mavambu
Adelaïde Tshibalonda
Michael Tshibangu
Wanny Munganga
Roger Mbala
22. Province orientale
Yagi Sitolo
Ramazani Baya
Feza Finant
Joséphine Ebosiri
Adeito Ikpakala
Pr.Lobo wa Jugu Jugu

23. Maniema
Albert Omba
Justin Lukongo


Le
Président du Conseil d'Administration



R.
Albert Kisonga Mazakala

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • : A partir des idées de mes héros, Patrice Emery Lumumba et Laurent Désiré Kabila, je suis l'actualité politique de mon pays, la République Démocratique du Congo en partuclier et de l'Afrique en général et je donne mes commentaires. Antoine Roger Lokongo
  • Contact

Hymne des Opprimés

  Ces CPP-ci sont la lumière des ouvriers
et des paysans,
ainsi que de tout opprimé.

Il n’y a point de doute d’abattre l’exploitation et de créer une juste société.

Notre serment est de ne jamais échouer,
enjoignons toutes nos forces en un faisceau,
tenons bien nos armes dans nos mains,
car ces CPP sont la force du peuple.


Dans sa noble cause,
jamais de spoliation.

Notre lutte revendique nos droits,
quoiqu’il en coûte,
jamais de servitude.


Pour les opprimés,
la Révolution est un rempart,
son ultime but est que le peuple gouverne.

Laurent Désiré Kabila,
lâchement assassiné le 16 janvier 2001.

Recherche

Liens Préféres