Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 07:36

Les déclarations de Donald Trump sur l'Afrique pendant la campagne électorale

Une panoplie réalisée par le Dr. Lokongo

Donald Trump: La place de Museveni c'est à la prison et non  à la Maison d'État (Museveni appartient à la prison, pas à la State House), les Ougandais sont des lâches !

«Parfois, je pense que les Kenyans sont« un peu plus courageux parce que quand leur vote a été volé, ils se sont dressés et ont donné leur vie pour le bien de leur pays. Les Ougandais sont des lâches. Ils sont facilement dispersés par un seul réservoir de gaz lacrymogène et leurs voix sont volées. Museveni appartient à la prison et non à la Maison d'État ", a déclaré Trump.

Je les ai regardés courir comme des moutons quand ils voient la police. Le seul véritable patriote ougandais est le chef de l'opposition, le Dr 'Kazza Basija' - alors qu'il luttait pour l'annoncer. Il n'y a pas eu d'élections en Ouganda et Museveni le sait".

http://www.politics.co.ke/politics/donald-trump-museveni-belongs-prison-not-state-house-ugandans-cowards/

«Je veux rappeler ici devant les plus grands héros de l'Amérique que je ne tolérerai aucune tendance dictatoriale exposée par des dictateurs du monde entier, en particulier les deux vieillards du Zimbabwe et de l'Ouganda.

Mugabe et Museveni doivent être mis au courant que leurs jours sont comptés et que je vais les arrêter et les enfermer en prison. Si les administrations américaines passées n'ont pas réussi à arrêter ces deux despotes, je le ferai personnellement », a déclaré Donald Trump.

"Mugabe et Museveni ont apporté  assez de problèmes  au monde et l'heure a sonne pour que quelqu'un mette fin à toutes ces folies pour que la paix l'emporte" Sid Trump qui semblait sans remords "

"Si Obama les craint, je ne les craindrai jamais. Si Clinton et Bush les craignaient, Si le Pape s'agenouille devant eux, je ne serai jamais réduit à ce niveau. Je ne serai jamais intimidé. Je promets de nettoyer tout le désordre politique autour du monde et de promouvoir la justice internationale " a ajouté Trump avec arrogance.

http://www.politics.co.ke/global/will-arrest-mugabe-museveni-lock-prison-become-president-donald-trump-vows/

En guise de réplique, Museveni qui a été le premier chef d'état Africain à congratuler Donald Trump a déclaré:

"Je n'ai pas entendu parler de Trump et ce que ce trump dit n'est pas mon affaire. Je pense que M. Trump a assez de travail à faire aux États-Unis. Les gens meurent, tués par les armes. Peut-être que je pourrais lui donner des conseils sur la façon d'avoir la paix aux États-Unis. Je ne savais même pas ce que Trump disait. Il n'a pas de pouvoir pour parler de l'Ouganda. Il n'a pas d'autorité Il a assez de travail à faire aux États-Unis. Dans le cas où vous êtes en contact avec lui, vous devez lui dire cela. ".

Au cours de la campagne, ses commentaires méritent une attention -

Afrique du Sud - "un désordre, un désordre dangereux" et un "désordre infesté de crime"

Diaspora Africaine aux États-Unis - "Elle dérobe les emplois des Américains et doivent être renvoyés en Afrique"

Il a expressément averti les ressortissants des pays suivants: Namibie, Cameroun, Gambie, Ghana, Kenya, Lesotho, Malawi, Mozambique, Nigéria, Rwanda, Sierra Leone, Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Ouganda et Zambie.

Trump a parlé de la corruption de fonctionnaires gouvernementaux qui investissaient des fonds pillés de l’Afrique aux États-Unis. Il a également cité l'opposition comme corrompue, notant que seuls les pays africains devaient être cités comme des études de mauvais cas.

Il a tweeté que les médaillés kenyans aux Jeux Olympiques étaient des «fraudeurs».

Il a affirmé que les nations africaines «importent tout, y compris les allumettes». Il a appelé à la «recolonisation» de certains pays africains (il n’a cité aucun nom) car ils «ne savent rien du leadership ou de l'autonomie gouvernementale».

Partagent ces sentiments avec ses appels à des coupes de l’aide au développement et sa vision négative des accords commerciaux (menaçant implicitement toute chance restante de renouvellement de l'AGOA), les Africains ont des raisons de se préoccuper des quatre prochaines années.

La stratégie de l’intimidation de l’Afrique pour l’inciter a la privatisation utilisée par Donald Trump n’est pas nouvelle :

 Ce qui s’est passé en Iran en 1951 sert d’exemple :

Ce qui s’est passé en Iran en 1951 à la suite d'une décision du Premier Ministre Iranien, Mohammad Mossadegh, de nationaliser le pétrole iranien et de l'arracher ainsi des mains d’une entreprise britannique qui l'exploitait exclusivement et le remettre au peuple iranien.

Selon John Perkins, auteur de «Les nouvelles confessions d'un Hitman économique», la Grande-Bretagne a sollicité le soutien des États-Unis, son allié, et

 "Au lieu d'envoyer les Marines, Washington a donc envoyé l'agent de la CIA Kermit Roosevelt (le petit-fils de Théodore Roosevelt). Il a joué brillamment son jeu, gagné les cœurs des plusieurs Iraniens séduits à cet effet à travers les paiements et les menaces. Il les enrôla ensuite pour organiser une série d'émeutes de rue et de manifestations violentes, ce qui donna l'impression que Mossadegh était impopulaire et inepte. En fin de compte, Mossadegh a été renversé et a passé le reste de sa vie en résidence surveillée. Le pro-américain Mohammad Reza Shah Pahlavi est devenu le dictateur incontesté. "

Certes, l'Iran ne sera pas le seul et le dernier pays à connaître de telles interventions étrangères avec le soutien des acteurs locaux; C'est aussi l'histoire de la Republique Democratique du Congo (pour neutraliser Lumumba, la CIA dépeché Larry Devlin (disons plutôt Larry Devil - IN ! In Congo bien entendu !) , du Panama, de l'Équateur, de l'Irak, de la Libye et du Zimbabwe.

Le modus operandi reste le même, guidé par un cartel de gouvernements mondiaux, de politiciens locaux, de grands capitaux mondiaux et nationaux et d'entreprises.

Au fond, il s'agit des intérêts commerciaux des riches et des puissants qui contrôlent les médias et payent les acteurs politiques locaux, les journalistes et d'autres personnes dans la poursuite de leur ordre du jour dépravé (voir discours de Ministre de l’Intérieur Sud Africain).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • : A partir des idées de mes héros, Patrice Emery Lumumba et Laurent Désiré Kabila, je suis l'actualité politique de mon pays, la République Démocratique du Congo en partuclier et de l'Afrique en général et je donne mes commentaires. Antoine Roger Lokongo
  • Contact

Hymne des Opprimés

  Ces CPP-ci sont la lumière des ouvriers
et des paysans,
ainsi que de tout opprimé.

Il n’y a point de doute d’abattre l’exploitation et de créer une juste société.

Notre serment est de ne jamais échouer,
enjoignons toutes nos forces en un faisceau,
tenons bien nos armes dans nos mains,
car ces CPP sont la force du peuple.


Dans sa noble cause,
jamais de spoliation.

Notre lutte revendique nos droits,
quoiqu’il en coûte,
jamais de servitude.


Pour les opprimés,
la Révolution est un rempart,
son ultime but est que le peuple gouverne.

Laurent Désiré Kabila,
lâchement assassiné le 16 janvier 2001.

Recherche

Liens Préféres