Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 08:39

Procès en appel de Pascal Simbikangwa

La Justice française et le drame rwandais

Témoignage devant la Cour d'assises de Bobigny le 7 novembre 2016

Pierre Péan

 

Monsieur le Président, Madame et Monsieur les assesseurs, Mesdames et Messieurs les Jurés, vous avez une tâche très difficile, celle de juger un homme dans un système totalement déséquilibré en faveur de l’accusation, un système injuste. Je ne connais pas Pascal Simbikangwa et les raisons qui l’ont conduit dans le box des accusés, mais je sais que ce procès pose nombreux problèmes sur la manière dont la justice se réclamant de la compétence universelle est exercée.
 
Mon témoignage de contexte a d’abord pour objectif d’attirer l’attention sur l’importance du cadre dans lequel la Justice a inscrit les faits reprochés à l’accusé. La Cour les situe dans ceux « d'une organisation collective reposant nécessairement sur un plan concerté », comme je l’ai lu dans la lettre de motivation, adhérant ainsi à l’existence d’un plan machiavélique établi en 1990 pour éliminer les Tutsis. Or, le 18 décembre 2008, le Colonel Bagosora, « cerveau du génocide », a été acquitté du crime « d'entente en vue de commettre le génocide », une qualification recouvrant l'élaboration collective du projet génocidaire et les préparatifs nécessaires en vue de son exécution. La Cour balaie ainsi la thèse attribuée à l’accusé d’un mouvement populaire chaotique, spontané, incontrôlable qui aurait suivi l’attentat du 6 avril 1994 contre le Falcon 50 dans lequel sont morts les présidents rwandais et burundais. A-t-elle pour autant pris le parti de la vérité? J’en doute. L’attentat ne peut être évacué des enchaînements du drame rwandais. Presque tout le monde est en effet d’accord pour considérer cet attentat comme le « facteur déclenchant du génocide ». Ce n’est donc pas anodin de savoir quels sont les commanditaires de cet attentat.
 
« S’il était avéré que c’est le FPR qui a abattu l’avion du président Habyarimana, c’est toute l’histoire du génocide du Rwanda qu’il faudrait réécrire. Bien que cette situation n’atténue en rien la responsabilité des extrémistes hutus dans la mort de centaines de milliers de personnes, elle ferait apparaître le FPR sous un jour nouveau […] »,  pour reprendre les mots de Carla del Ponte, ancienne procureure du TPIR. Ou exprimé plus prosaïquement, Paul Kagame et le FPR auraient une responsabilité dans le génocide des Tutsis et des Hutus modérés. Autrement dit s’il était avéré que c’est le FPR qui avait abattu l’avion, la thèse soutenue par la Cour volerait en éclats.
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • : A partir des idées de mes héros, Patrice Emery Lumumba et Laurent Désiré Kabila, je suis l'actualité politique de mon pays, la République Démocratique du Congo en partuclier et de l'Afrique en général et je donne mes commentaires. Antoine Roger Lokongo
  • Contact

Hymne des Opprimés

  Ces CPP-ci sont la lumière des ouvriers
et des paysans,
ainsi que de tout opprimé.

Il n’y a point de doute d’abattre l’exploitation et de créer une juste société.

Notre serment est de ne jamais échouer,
enjoignons toutes nos forces en un faisceau,
tenons bien nos armes dans nos mains,
car ces CPP sont la force du peuple.


Dans sa noble cause,
jamais de spoliation.

Notre lutte revendique nos droits,
quoiqu’il en coûte,
jamais de servitude.


Pour les opprimés,
la Révolution est un rempart,
son ultime but est que le peuple gouverne.

Laurent Désiré Kabila,
lâchement assassiné le 16 janvier 2001.

Recherche

Liens Préféres