Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 03:47

Le ministre John Baird invoque l'insécurité grandissante en Syrie pour justifier le départ des diplomates canadiens de ce pays et l'imposition de sanctions économiques additionnelles, qui feront souffrir encore davantage la population syrienne. Pourtant, depuis quelques jours, la sécurité s'est grandement améliorée en Syrie, car l'armée syrienne est venue à bout des terroristes financés et équipés par les États-Unis et leurs vassaux. La population a commencé à réintégrer le quartier de Baba Amr, à Homs. Le ministre sait très bien ce qui se trame en réalité. C'est la situation à venir, et non la situation actuelle, qui justifie le départ des diplomates.

La visite de Benjamin Netanyahou, vendredi dernier, derrière un imposant dispositif de sécurité, avait pour but de sceller l'accord sur la guerre qui commencera bientôt, malgré les déclarations hypocrites de Stephen Harper. La question iranienne n'était qu'un écran de fumée, bien qu'elle soit aussi la raison profonde de l'hostilité contre la Syrie. Des centaines de milliers de Syriens trouveront probablement la mort dans cette guerre, qui risque d'enflammer toute la région et de faire beaucoup de dégâts, voire d’être l’élément déclencheur de la Troisième Guerre mondiale, comme je l’écrivais il y a trois mois. Il est stupéfiant de constater l'absence quasi totale de critiques dans les médias et la classe politique, devant ce projet macabre.

Jamais on ne nous a présenté une seule preuve de la prétendue répression exercée par le «régime» de Bachar el-Assad. Les médias nous ont montré de nombreuses manifestations, même s’ils se plaignent de ne pas avoir eu accès au territoire syrien comme ils l’auraient voulu. Pourtant, jamais on n’a vu la police ou l’armée tirer un seul coup de feu vers des manifestants pacifiques. À l’inverse, les preuves que l'opposition n'a jamais été pacifique et qu'elle a toujours été minoritaire abondent. Depuis mai 2011, les attentats terroristes se succèdent en Syrie.

Le lavage de cerveau que nous font subir les médias depuis des mois semble avoir fait son oeuvre. Quand elle n'est pas totalement indifférente, la population trouve normal qu'on se prépare encore à provoquer un énorme bain de sang au nom de ce qu'on appelle la démocratie, mais qui n'est rien d'autre que l’intérêt de quelques oligarques, surtout financiers, aux commandes du monde occidental. L'attitude des gens ordinaires n'a rien d'étonnant lorsqu'on connait la redoutable efficacité des propagandistes de guerre, comme François Brousseau et Agnès Gruda, qui nous arrosent de mensonges plus ou moins romancés pour nous faire croire que le peuple syrien appelle nos bombes de tous ses voeux.

Il est probable qu'on déguisera le bombardement de la Syrie en invasion par des «rebelles». Évidemment, comme ce fut le cas jusqu'à maintenant, ces rebelles, en bonne partie des salafistes, extrémistes musulmans sanguinaires, seront financés, armés et appuyés par les États-Unis et leurs vassaux. Ce n'est pas pour rien que les autorités syriennes ont capturé, à Homs, un grand nombre de mercenaires, y compris des officiers français. Que faisaient ces Français dans une zone de combat? Ils manifestaient pacifiquement? 

Des hordes de ces fous d’Allah, dont certains arrivent de Libye, sont massées en Jordanie actuellement, en compagnie de GI retirés d’Irak. Comme l’écrit Serge Charbonneau, l’objectif est de pouvoir en fin de compte exhiber Bachar el-Assad «dans un frigidaire à viande», après l’avoir torturé, sodomisé et assassiné, sous les rires de Hillary Clinton. Je me demande ce qu’Asma el-Assad pense de Hillary Clinton.


Asma et Bachar el-Assad, dans leur tenue de brutes sanguinaires auxquelles les John Baird
et François Brousseau de ce monde préfèrent l’émir du Qatar et les femmes
voilées d’Arabie Saoudite, devenus soudainement de grands symboles de la démocratie.

Le dénigrement systématique de l'élection de Vladimir Poutine dans la presse occidentale fait partie, lui aussi, de la propagande de guerre, puisque la Syrie peut compter entre autres sur l’appui de Moscou, de Pékin et de Téhéran. Il faut diaboliser au maximum tous les mauvais clients ou les concurrents de Wall Street. Quand ce ne sont pas les conditions de travail dans les usines chinoises ultramodernes ou les armes atomiques imaginaires de l’Iran, ce sont les élections en Russie qui servent de prétexte pour affirmer que, hors des vertueuses démocraties occidentales, le monde est noir de barbarie.

Dans un article d’une grande partialité, Radio-Canada présente Golos comme un «observatoire électoral indépendant russe» alors qu’une petite recherche avec Google permet de se rendre vite compte que c’est une agence de propagande du Département d’État financée par le National Endowment for Democracy. Radio-Canada admet que des caméras filmaient les bureaux de vote, pour prévenir la fraude, mais trouve le moyen de reprocher à Vladimir Poutine que certaines caméras soient tombées en panne… selon Golos. 

Radio-Canada se permet de donner des leçons de démocratie à la Russie, qui a des caméras dans tous les bureaux de vote, alors que la radio et la télévision d’État canadiennes ne sont qu’un vulgaire relais de propagande du régime néocolonial d’Ottawa, auteur de nombreuses fraudes massives, depuis les faux attentats du FLQ jusqu’au financement électoral illégal du Parti conservateur de Stephen Harper, en passant par le vol de la liste des membres du Parti Québécois, le référendum volé de 1995 et le scandale des commandites. Cherchez l’erreur.

La bataille à mort que s’apprêtent à livrer les Syriens contre les armes que nous finançons avec nos impôts — car il ne fait aucun doute dans mon esprit que le Canada se mêlera directement de ce conflit — est en fait une bataille pour la souveraineté des peuples. Il est temps que les Québécois cessent de croire la propagande et se rendent compte que les pays qui ont mauvaise presse défendent leur liberté et leur droit de se gouverner eux-mêmes. Ils ne veulent pas se plier aux dictats de l’oligarchie financière occidentale. 

Qu’il s’agisse de Cuba, du Venezuela, du Zimbabwe, de la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo, de la Libye de Mouammar Kadhafi ou de la Corée du Nord, on nous a systématiquement désinformés sur beaucoup de pays pour justifier diverses formes d’agression contre eux. Il vaut la peine de lire notamment «Understanding North Korea» pour comprendre jusqu’à quel point nous nageons dans les fabulations. Les petits serviteurs médiatiques de l’oligarchie ne chôment pas.

L’oligarchie qui veut nous imposer le Plan Nord, les gaz de schiste ou les sables bitumineux (dans lesquels la Caisse de dépôt et placement investit l’épargne des Québécois) est profondément agacée par les peuples qui lui tiennent tête, en particulier par l’Iran. Pour cette bande de psychopathes qui ne reculent devant aucun crime de masse, il faut détruire la Syrie pour pouvoir asservir l’Iran. Les peuples ne doivent pas pouvoir être souverains. Le monde appartient au grand capital.

Ottawa s’apprête à participer au martyr sadique du peuple syrien pour que prévale le droit au profit. Tous les partis politiques fédéraux, y compris le NPD et le BQ, appuient lâchement ou naïvement cette expédition barbare. Que ferons-nous? Chercherons-nous encore des amis de la souveraineté du Québec à Washington ou Paris? Les vrais amis de la souveraineté des peuples sont plutôt à Damas, ces jours-ci, et ils méritent un grand élan de solidarité. C’est le destin de l’humanité qui est en jeu.


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Congo Panorama. Le blog du soldat du peuple: Par Antoine Roger Lokongo, le Soldat du Peuple engagé dans la bataille des idées pour un Congo meilleur. Un Congo qui s'assume et devient un parténaire clé de la Chine, hier un pays sous-développé, qui, en un lapse de temps, a changé son destin en comptant sur ses propres efforts et devenu une puissance.
  • : A partir des idées de mes héros, Patrice Emery Lumumba et Laurent Désiré Kabila, je suis l'actualité politique de mon pays, la République Démocratique du Congo en partuclier et de l'Afrique en général et je donne mes commentaires. Antoine Roger Lokongo
  • Contact

Hymne des Opprimés

  Ces CPP-ci sont la lumière des ouvriers
et des paysans,
ainsi que de tout opprimé.

Il n’y a point de doute d’abattre l’exploitation et de créer une juste société.

Notre serment est de ne jamais échouer,
enjoignons toutes nos forces en un faisceau,
tenons bien nos armes dans nos mains,
car ces CPP sont la force du peuple.


Dans sa noble cause,
jamais de spoliation.

Notre lutte revendique nos droits,
quoiqu’il en coûte,
jamais de servitude.


Pour les opprimés,
la Révolution est un rempart,
son ultime but est que le peuple gouverne.

Laurent Désiré Kabila,
lâchement assassiné le 16 janvier 2001.

Recherche

Liens Préféres